C.A.E.D.

Constructions Aéronautiques Emile Dewoitine

1920-1923

Suite à son départ de chez Latécoère en août 1920, il loue au 22 rue Lafayette à Toulouse un deux pièces ou il installe une planche à dessin et crée la CAED, dont il est le seul membre.

Il travaille d’abord sur des études de profil d’ailes qu’il soumet à l’institut polytechnique de Saint Cyr ou à la soufflerie Eiffel et dégage de nouvelles formes d’ailes qui améliorent la finesse. Il travaille ensuite sur un premier avant projet, le Dewoitine C1 300 cv Hispano Suiza et pour répondre au marché de catégorie C1 du programme technique de matériels militaires il crée le Dewoitine D1.

D1

Fuselage coque métallique
Aile parasol
1250 Kg
242 km/h
Hispano suiza HS 42 de 300 cv
2 mitralleuses Vickers
1° vol le 18 novembre 1922 aux commandes de Georges Barbot

Plus de 230 exemplaires seront fabriqués pour la marine nationale (44), la Tchécoslovaquie, le Japon, l’Italie, la Suisse et la Serbie sous licence (100) sous le nom d’Ansaldo AC2.

D2

Avant projet

Biplace de bombardement hautes altitudes

répondant au programme Bp2 Bombardement plafond Biplace de 1920

190 km/h à 5000 m 300 kg de bombes autonomie de 7h

P1 et P2

Planeurs à ailes souples, développés sans soutien financier

Masse 150 et 180 Kg

Mises au point à la soufflerie de St Cyr

1° vol aout 1922

8° sur 14 au concours au Puy de Combegrasse dans le Puy de Dôme.

Record de 20 mn de vol sur le P2 de Super Bagnères à Luchon le 15 septembre 1922.

P3

Planeurs à ailes rigides (110 kg)

Fuselage rectangulaire en frêne, recouvert de contre plaqué

Participe au concours à Biskra organisé par l’Aéro Club de France.

Lancement en automne 1922

Vol de 4h12mn, record du monde à 630 m d’altitude

Premier prix de la distance parcourue de 5,15 km

P4

Planeur biplace à incidence variable

1° vol: 16 août 1923

D3

Monomoteur de transport

4 passagers

Projet d’avion commercial.

Nouvelle ligne pour l’époque, coque tout acier contrairement aux avions de l’époque “en bois truffés de ficelles” * de chez Latécoère.

175 km/h sur 600 km.

* selon Emile Dewoitine

D4

Bimoteur de transport

8 passagers

200 km/h à l’altitude de croisière de 2000 m.

Maquette du D4 exposée au salon aéronautique de 1921

Projet de liaison Bordeaux Toulouse Marseille en 3h de vol.

Destiné à remplacer les Salmson 2 A2 sur les lignes Toulouse Bordeaux et Toulouse Montpellier de Mr Ernoul.

Projet de liaison Bordeaux Toulouse Marseille en 3h de vol. Destiné à remplacer les Salmson 2 A2 sur les lignes Toulouse Bordeaux et Toulouse Montpellier de Mr Ernoul.

Projet abandonné faute de fonds, l’étude servira au projet de bombardier du D4 militaire. Seule une maquette sera fabriquée.

D5

Monomoteur biplace d’observation (projet)

Programme A2 de 1920: 190 km/h 3000 m, 3h de vol plafond théorique de 6000 m.

D6

Hydravion bimoteur de torpillage (projet)

Abandonné car l’Aéronavale passa commande auprès de Schneider et Levasseur

D7

Monoplace “Aviette” dérivé du P3

1° vol 31 mars 1923

Décollant de Francazal, Barbot monte en 15 min à une altitude de 1500 m. Il survola Toulouse pendant 30 min et vint se poser à proximité de l’usine Pasteur. L’événement fit sensation.

Vendu au Japon et en Tchécoslovaquie

3 motorisations: moteurs Salmson, Vaslin et Clergé. Remporta divers concours

7 exemplaires

 

D8

Monoplace de chasse haute altitude

1° vol 1923

360 cv, 221 km/h, plafond 10 500 m, montée à 5 000 m en 15′.

4 records mondiaux établis en décembre 1924 eurent un retentissement considérable, tant pour Emile Dewoitine dont le renom de constructeur devint universellement connu que pour Marcel Doret dont ce furent les débuts de la célébrité.

1 exemplaire

D9

Avion de chasse monoplace

1° vol 1 juin 1924

160 avions construits

Une des plus grandes réussites de l’entre deux guerres

Fabriqué sous licence en Italie

Il équipa les armées françaises, italiennes, suisses, belges, hongroises

réformé en 1940

D12

Avion de chasse monoplace

1° vol 1924

2 avions construits

Le premier prototype s’écrase lors d’une voltige, l’avion pique droit vers le sol en sortie de looping, les ailes repliées le long du fuselage. Cet accident au cours duquel le pilote fut tué, mis en évidence que les essais statiques, ainsi qu’ils étaient défini par la règlementation en vigueur, n’étaient pas parfaitement représentatifs des efforts auxquels était soumis l’avion en vol.

D14

Limousine de transport

Sur spécification du CIDNA (Compagnie Internationale de Navigation Aérienne)

6 passagers 20 kg de bagages/passager + 200 kg de fret

autonomie de 4 h de vol à 2000 m à 160 km/h

1° vol 2 février 1925

5 avions construits

Trop lourd qualifié de “loupé” par E.Dewoitine

Une version sanitaire reçu le Grand Prix des Avions Sanitaires lors d’un congrès de médecine en 1925.

D15

Le sesquiplan ou l’anti D1

Construit à ses frais pour répondre aux nombreuses critiques des services officiels qui préféraient encore les biplans en bois et toile.

Il semble que les performances furent inférieures aux avions monoplans en acier et confortèrent Emile Dewoitine sur le modèle du D1 et de ses successeurs.

D19

Avion de chasse monoplace

1924

5 avions construits fabriqué hors marché

3 avions vendus à la Suisse, Belgique et à la Tchécoslovaquie

en service jusqu’en 1940

Cherchant à développer son entreprise et ne pouvant obtenir l’appui des services officiels, une occasion s’offre à lui en septembre 1923. Au cours d’une visite de la société japonaise Mitsubishi, son directeur lui propose un soutien financier. Emile Dewoitine mets alors en liquidation la C.A.E.D. en décembre 1926, pour créer une nouvelle entité la C.A.D.